Star Vikings [DEMO] – Valhalla comme je te pousse

Des vikings dans l’espace. J’ai rarement vu cette combinaison dans un jeu vidéo. Ça donne un peu l’impression qu’ils ont tiré au sort deux thèmes pour habiller leur jeu mais pourquoi pas, c’est pas plus con qu’un plombier italien ou un hérisson qui court vite.

Au lieu d’en faire un jeu d’exploration, pillage, commerce et colonisation de systèmes solaires, le brésilien Marcos Venturelli (designer entre autres de Chroma Squad et Dungeonland) a orienté Star Vikings vers un jeu tactique coloré et détendu.

On commence par assister à la rencontre entre le vaisseau viking à la conduite sous l’emprise de l’hydromel (au grand désespoir de l’ordinateur de bord) et un peuple d’escargots qui parlent. La conversation se passe mal et ça se termine en baston. Notre viking va donc devoir casser la coquille de ces gastéropodes dans des phases de combat plutôt originales.

Le terrain tactique qui va vite se complexifier.

Le champ de bataille est représenté sous forme de lignes qu’il faut traverser pour atteindre le niveau suivant. Sur le chemin, on trouve des escargots aux différentes capacités, des bonus, des pièges et de la monnaie. Il faut valider les objectifs (passer un certain nombre de niveaux, tuer un certain nombre d’ennemis ou amasser une somme d’or) de son blondinet barbu pour débloquer d’autres zones où de nouveaux escargots l’attendent.

Les dangers sont variés : les escargots de base qui frappent devant eux quand ils sont touchés, ceux qui tapent sur toutes les cases adjacentes, les pièges qui tirent des lasers… Toute la mécanique repose sur le calcul des mouvements et l’utilisation des capacités spéciales de nos vikings.

En effet, outre les points de vie et les dégâts, chaque classe de combattant possède un pouvoir : attaquer une cible quelle que soit sa position sur le terrain, déplacer un élément d’une ligne à l’autre ou déclencher un piège à distance. Pouvoir qu’ils ne peuvent utiliser qu’un nombre limité de fois par zone, ce qui oblige à anticiper les réactions en chaine parce qu’un escargot ne regarde pas qui l’a attaqué, un dégât subi et hop, il frappe à son tour.

Un concours de bon goût.

S’il est rarement possible d’anéantir l’opposition en un seul coup bien placé, les gros combos sont particulièrement jouissifs. Sachant qu’un ennemi ne riposte que s’il a encore des points de vie après l’attaque, on calcule vite comment les réduire à un PV avant de foncer dans le tas terminer les survivants. La logique est simple mais les situations se complexifient progressivement ; malheureusement je suis arrivé au bout de la démo avant de rencontrer une réelle difficulté.

Nos guerriers venus du nord de l’espace prennent de l’expérience et gagnent de nouveaux bonus passifs ou points de vie, l’argent sert à recruter de nouveaux membres ou à acheter des consommables (potion de soin, bonus d’attaque temporaire…) et l’équipage s’agrandit, offrant de nouvelles possibilités tactiques.

Un design coloré mais un peu quelconque.

Il m’a par contre été nécessaire de revenir sur mes pas recommencer certains niveaux pour farmer suffisamment d’expérience ou de thunes pour pouvoir continuer. Un point inquiétant sur le long terme s’il s’avère qu’il faut régulièrement en passer par là pour progresser.

Le jeu est très coloré et me rappelle un peu Brawlhalla visuellement avec une touche SF. Le petit scénario se veut rigolol mais il faudrait en voir plus pour le juger. J’ai passé un bon moment, tout est bien pensé et plutôt agréable à manipuler ; on sent que ce jeu serait totalement adapté sur support mobile tactile même si l’absence de bouton « undo » rendrait tout geste malencontreux irrattrapable.

Au vu du pédigrée du bonhomme, j’ai envie de lui donner une chance, même si l’ensemble est beaucoup plus casual que les jeux auxquels j’ai l’habitude de jouer. Original sans toutefois révolutionner le genre, Star Vikings a pas mal d’atouts pour plaire aux amateurs de tactique qui cherchent un petit jeu pour se détendre. Pour 9,99€ sur Steam et 9,09€ sur GoG, gardez à l’esprit que ce sera un bon moment si vous passez outre le grind, même s’il n’est pas aussi réussi que Chroma Squad.

Retour au sommaire

Publicités