Lifeline – My Taylor is swift

[NdC : merci à Diwydiant, un étrange mélange de nain prof, d’envahisseur hallux, de géant vert travelo et d’alcoolo-nordiste, pour ce petit avis sur Lifeline !]

Je n’ai jusqu’à présent jamais prêté beaucoup d’attention aux jeux sur mobiles. Tout au plus servaient-ils à m’occuper devant une cabine d’essayage ou pendant une pause pub.

Vite essayés.

Vite oubliés.

Et puis j’ai eu un choc. Le choc d’une découverte, d’une tension et d’une émotion peu communes.

J’ai vécu Lifeline.

Pourtant, je ne m’attendais pas à grand chose en téléchargeant ce jeu, disponible sur iOs et Android. Je pensais tester un petit passe-temps quelconque, pour au final expérimenter quelque chose de fort. Expliquer et raconter pourquoi Lifeline m’a autant touché sans dévoiler l’histoire est un exercice d’équilibriste.

Pour faire simple, vous recevez un message d’un certain Taylor et ce dernier est désespéré. Il ne peut compter que sur vous pour l’aider à rester en vie. Régulièrement, il vous demandera votre avis et de vos choix vont découler la suite de son aventure.

Et c'est ainsi que tout commença..
Et c’est ainsi que tout commença..

Alors certes, il s’agit plus ou moins d’un Livre Dont Vous Êtes Le Héros remis au goût du jour, mais la mayonnaise prend instantanément. On s’intéresse à Taylor, on a envie de l’aider le mieux possible et lorsqu’il ne nous répond pas, on s’inquiète, on se demande si on a fait les bons choix.

Car Lifeline est calqué sur le temps réel. Si vous dites à Taylor d’explorer tel endroit ou de faire telle action, il peut se passer une, cinq, dix minutes, voire plusieurs heures, avant d’avoir un nouveau message de sa part.

Pendant cette absence de communication, on s’interroge. Est-il en vie ? En sécurité ? Lorsque la conversation s’interrompt au beau milieu d’un message, on attend, on espère une réponse qui parfois tarde à venir. Quand enfin il nous recontacte, on est soulagé, avant de se rendre compte qu’il fait face à un nouveau péril.

Et puis on termine l’histoire. Ou en tout cas on découvre une des fins de l’histoire. Celle que j’ai vécue m’a touché et je n’ai pas senti l’envie de relancer pour connaître les autres. Tout s’est tenu de bout en bout et je garde un souvenir ému de Taylor, de ses remarques sarcastiques, de ses craintes et espérances.

Quant à moi, j’ai un nouveau regard sur le jeu sur mobiles.

Publicités