1953 KGB Unleashed – Soviétisme souterrain

1953 est un jeu étrange. Classique point & click en vue à la première personne, il raconte une histoire floue, à travers les yeux d’un amnésique qui se retrouve dans un bunker inquiétant, guidé par une voix perturbée.

Perdu, méfiant, le personnage principal cherche à sortir de sa prison en béton. On passe de plans fixes en plans fixes que l’on peut explorer à 360°, ce qui permet de planquer des éléments interactifs au sol ou au plafond. Certains objets sont à examiner de plus près et c’est l’occasion de résoudre des énigmes particulièrement tordues. Oui, je pense à toi, puzzle de la radio.

Ambiance conviviale et feutrée.

Chaque nouvelle pièce ou couloir débloqué donne l’occasion au narrateur d’user de son ton le plus monocorde pour donner des indices au joueur sur ce qu’il fait là. De plus le bunker regorge de documents, apportant soit des informations sur les lieux, soit des indices pour les énigmes à venir, mais le plus souvent les deux.

Difficile de parler du scénario sans tout dévoiler ou gâcher le plaisir de la découverte des résultats d’expériences qui se sont déroulées ici, le tout portant la marque du KGB et ses recherches… particulières. Je vais me contenter de l’expérience de jeu.

Un laboratoire abandonné.

Comme le personnage, on est lâché sans information dans l’aventure, seuls quelques éléments sont cliquables et rien n’indique quel indice sera utile à la résolution des énigmes. Même leur emplacement est parfois peu évident à trouver. Elles sont peu accessibles, parfois l’indice induit plus en erreur qu’il ne met sur la piste, on est pas dans un jeu qui aime prendre le joueur par la main. Ou alors pour mieux le jeter dans le vide.

Les nombreux documents peuvent être revérifiés à n’importe quel moment, heureusement. On finit tout de même par avancer, difficilement, péniblement presque. L’histoire est intéressante à découvrir bien qu’elle tourne un peu en rond et je qualifierais la conclusion d’imprévisible, pour rester dans le mystère.

Il y a encore deux trois trucs qui marchent ici.

Terminé en trois grosses heures en ayant pris soin de me perdre plusieurs fois, le jeu est court. Étant donné qu’il sait être pénible, je ne lui reprocherais pas. Par contre je ne sais pas trop comment le conseiller. Les amateurs de point&click seront sans doute frustrés par son aspect brut, au charme tout soviétique, qui ne laisse finalement la place qu’à un nombre restreint de puzzles.

1953 KGB Unleashed est disponible à 5,99€ sur Steam mais passe régulièrement en bundle. Graphiquement propre, techniquement simple, le doublage du texte et des voix est satisfaisant, on est pas dans une production bâclée mais en présence d’un gameplay qui ne sait pas quoi faire de son joueur ; j’ai eu l’impression que l’objectif était de réaliser un film et que ça s’est fini en jeu vidéo.