Off-Peak – Twin Peaks prend le train

Difficile de parler d’Off-Peak. Déjà parce que c’est un beau bordel, en plus parce qu’il est très court et que toute évocation du scénario ressemblerait à un spoiler. Pourtant j’ai envie de le faire découvrir, pour son ambiance et sa direction artistique ambitieuse.

Off-Peak est un petit jeu gratuit de promenade et d’observation dans lequel on doit trouver des morceaux de ticket à peine planqués dans l’immense hall d’une gare sortie d’un rêve mouillé d’Andy Warhol. Un endroit inquiétant, beau, intriguant et décoré avec soin. Beaucoup de soin.

Luuke, squatteur de banc.

Un mec louche, Luuke, nous accueille à la descente d’un train, nous proposant son billet si on parvient à en retrouver les morceaux. On part alors en direction de la gare et la claque visuelle commence.

Ce ne sont pas les graphismes qui sont particulièrement révolutionnaires mais bien le décor dans lequel on évolue qui est un plaisir à regarder. Une direction artistique imprévisible : des fresques, des tableaux, des tags, de la hauteur et de la profondeur, des surprises… L’univers dérangeant est renforcé par les habitants des lieux, tous légèrement décalés ou frappadingues. Malgré quelques textures moches qui viennent trancher avec le reste, c’est vraiment très joli.

Mais qu’est-ce que je fous là ?

Dans notre quête du ticket, on va croiser plein de personnages étranges entre le pianiste géant, les gardes muets, les révolutionnaires, le musicien qui fait des ramens, tous ces gens qui se promènent avec un crâne, le vendeur de space cookies dans le métro, le parrain de la mafia et ses vaches…

S’ils parlent souvent entre eux, certains ont des choses à dire à notre héros. Ils racontent ainsi leur histoire, celle de ces lieux mais rarement celle du jeu. On sent que chez Cosmo D on joue aux jeux de plateau, on en trouve des géants au sol ainsi qu’un bar rempli de joueurs en pleine partie.

Un bien beau bar à jeux !

La musique electro-jazz est parfaitement adaptée, renouvelée et envoûtante. Un gros plus pour l’immersion même si les transitions entre les lieux sont parfois un peu sèches. Je suis resté quelques minutes sans bouger dans ce coin de la gare juste pour l’écouter. L’OST est l’œuvre d’Archie Pelago et est disponible ici ou sur Steam à 6,99€, allez faire un câlin à vos oreilles.

Pendant la demi-heure que dure Off-Peak, j’ai été aspiré par les lieux, les détails, les affiches, la baleine au plafond, on m’a parlé de gens que je n’ai jamais vu, j’ai volé des vinyles, des partitions, mangé des parts de pizza, je me suis fait suivre par trois petites filles flippantes et j’ai monté des escaliers interminables où se bécotait discrètement un couple.

L’autre bout de la gare…

Je n’ai pas tout compris au scénario, chaotique au possible et de plus en plus étrange, mais j’ai souvent souri en dodelinant sur la musique. J’y retournerais peut-être, voir si j’ai raté quelque chose mais si vous voulez vous évader quelques instants dans une aventure gratuite qui ne demande ni skill ni réflexion, je vous conseille de prendre le train et d’aller à la rencontre de Luuke. Disponible gratuitement sur Steam. Une seule compétence requise : comprendre un minimum l’anglais.

Retour au sommaire

Publicités