Kickstarter – Participe, hâtif ! #1

Visite de chantier, présentation des projets en cours, le chaologue s’est promené sur Kickstarter, terre de promesses, là d’où s’élancent, pleins d’espoirs, les prochains InXile ou les futurs Double Fine.

Petite précision : ce que j’appelle « prix d’entrée » c’est le minimum de « don » pour obtenir le jeu en « contrepartie ». Oui, moi aussi, j’appelle ça précommander normalement.



Sélection de projets financés mais encore ouverts :


Lost Ember : Un jeu d’exploration aux graphismes enchanteurs pour un gameplay à base de transformisme animalier. Ça a l’air d’une sérénité et d’une beauté toute poétique. Un petit trailer ?

Une campagne au succès impressionnant pour les allemands de Mooneye Studios, plus de 200 000€ récoltés soit le double de l’objectif en trois semaines. Il reste jusqu’au 14/11 pour les stretchs goals et notamment la traduction française. 20€ le prix d’entrée pour une livraison annoncée en… 2018.


Iron Tides : Un simulateur de vikings. Les blondinets barbus sont à l’honneur dans ce projet qui intègre des mécanismes de jeu de plateau. Un rogue-like d’exploration et de combats tactiques en tour par tour. Des graphismes un peu simplistes et une musique de trailer ratée n’ont pas fait peur aux backers bien que l’objectif de $20 000 canadiens soit tout juste atteint. Crash Wave Games propose une démo disponible ici, apparemment réservée aux Youtubers. Attention, fin de la campagne le 02/11. Livraison envisagée en 2017.


I.C.U. : Un jeu d’horreur sous forme de télé-réalité. Les spectateurs décident de ce qui va arriver au joueur en votant en direct pendant qu’il cherche à survivre aux croque-mitaines qui le chassent. L’idée de permettre aux viewers d’intervenir pendant la partie à coups de croches-pattes et autres troubles visuels intempestifs est intéressante, à voir quelle forme cela prendra en pratique. 80 000$ obtenus pour 50 000$ demandés, ce qui a permis de débloquer des stretchs goals. Prix d’entrée à 25$ pour une campagne finie le 01/11, pour une date de sortie annoncée fin 2017 par Criken.


thumbnail-videoNITE Team 4 : De la cyberguerre stratégique avec des grumeaux de RPG par les canadiens d’Alice and Smith pour un projet qui a carrément de la gueule. Il promet du piratage, des raids de drones et de l’espionnage. Un objectif de 30 000$ canadiens déjà quasi-doublé pour une fin de campagne le 05/11 et un prix d’entrée de 17€ (25$ canadiens). Une sortie annoncée premier trimestre 2017 sur le site officiel, je l’attends avec impatience.


Nairi : petit jeu d’aventure tout mignon des néerlandais de Home Bear Studios. Financé sur le fil avec une petite somme demandée (à peine 7 500€), Nairi nous montre des graphismes choupinous, des puzzles, une petite fille et une souris. Prévu pour mars 2017, il demande un petit prix d’entrée de 10€. Fin imminente pour les séduits : clôture de la campagne le 02/11.


Dungeon of Zaar : un jeu de combats tactiques en tour par tour par trois parisiens issus notamment d’Epitech ou des Gobelins. Si le graphismes sont mignonnets mais un peu banals, l’accent sera mis sur la profondeur des combats, la sélection de son équipe et le multijoueur. La page de campagne est un modèle du genre et les trois compères semblent savoir ce qu’ils font. La campagne est sur le point de se terminer dans les heures qui viennent et ils ont tout juste atteint leur objectif de 25 000€ ; prix d’entrée de 15€. Annoncé pour mi-2017, il y a même une démo à télécharger ici pour les indécis.



Sélection de projets en cours de campagne :


AI War II : Pas la grande forme pour la suite d’un jeu de stratégie plébiscité et blindé de DLC. Même pas 30% de la somme à 10 jours de la fin, il faudrait un gros coup de kick pour que ça se termine bien. Dommage, le studio Arcen Games a prouvé par le passé qu’ils savaient faire des jeux de qualité ; j’espère que la dynamique va s’inverser mais ce n’est pas gagné. Prix d’entrée à 20$, soit le prix d’AI War et ses DLC quand ils ne sont pas en bundle.


hellhunterlogoHellhunter : Un jeu de chasse aux fantômes. Who you gonna call ? Hellhunter ! Mais en fait non car ce projet australien de Ballistic Interactive est beaucoup moins comique qu’un certain film et tend même plutôt vers l’horreur et l’angoissant. Armé de différents équipements d’observation, vous irez tendre des pièges aux abominations qui hantent différents lieux comme de vulgaires squatteurs #NuitDebout jusque dans la mort. Mélange RPG-Action aux graphismes lovecraftiens de qualité, il donne vraiment envie. C’est le début de la campagne, 50 000$ australiens à atteindre en 25 jours et un prix d’entrée de 10$ australiens (soit 7€) en Early Bird. Annoncé pour fin 2017, à suivre avec attention et espoirs.


Asylopole : Un point&click sorti tout droit des années 90 dans une ambiance cyberpunk cartoon ayant une véritable personnalité. Réalisé par Pixoala qui a présenté son projet sur le forum de Canard PC, il répond même aux questions. Si le « playable trailer » ne montre que quelques écrans, l’ensemble est intriguant avec son univers entre le noir et le déjanté. Encore 25 jours pour atteindre les 20 000€ demandés avec un prix d’entrée à 12€ en Early Bird, je lui souhaite d’atteindre son but parce que j’ai bien envie de voir le résultat final prévu fin 2017.



Pour la déconne :


La thune que peut ramasser un projet comme Cattle and Crops me laisse songeur. Oppa German Style.

Deux projets complètements vides, des objectifs ridicules ET atteints, un monde parallèle. Si 1st Law fait l’effort de dire que les 100$ sont pour venir gonfler la fange de Greenlight, le dev de Space Station Manager à l’air chaud pour faire son jeu avec 200£. Scam de débutant ou réelle déconnexion de la réalité ?

J’espère qu’un jour on ne risquera plus de tomber sur des projets de ce genre.

Un jeu de survie multijoueur avec gestion de base en Early Access sur Steam depuis un an avec des évaluations variables, un pic de 43 joueurs simultanés, qui lance en plus un Kickstarter de 80 000$ canadiens. Balls of Steel, mais faut pas déconner.

Non mais sérieusement, KS aurait moins l’air d’une poubelle s’ils avaient ne serait-ce qu’un modérateur pour valider les bases. Là on bat des records mais il fallait que je vous le montre. 6 600$ demandés, en plus.



C’est un endroit étrange, où de véritables professionnels aguerris côtoient des amateurs un peu débiles. C’est coloré, il y a toujours de nouvelles choses à découvrir. On reviendra.

Retour au sommaire

Publicités